VERS LA FIN DU MARCHÉ DE L’ART ?

Le Canard du pianiste relaie régulièrement le blogue de Christine Sourgins qui nous propose un propos exempt de toute idéologie.

Pas de conservatisme frileux ni de modernisme béat, mais un éclairage toujours inattendu et pertinent rendu possible par un sens des réalités économiques (qui libère la pensée de l’abstraction idéologique) et une érudition dans les Arts plastiques, au service des artistes libres dont Christine Sourgins est une alliée bienveillante.

Vers la fin du marché de l’art ?

En préambule à mon intervention de vendredi 14 octobre 2016 à 16h au Salon d’Automne sur « Comment évolue le marché de l’art »   (avec Aude de Kerros), quelques réflexions sur un nouveau secteur très porteur : les ventes en ligne qui affichent en 2015 un volume de  2,19 milliard d’euros selon l’assureur Hiscox…  Soit une hausse de 108 % par rapport à 2013 et ceci malgré un marché de l’art qui marque le pas à l’échelle de la planète (1). Autant dire que ces ventes décollent : certains prévoient que plus de 80% du marché de l’art passera sur le net dans les 5 ans qui viennent.  L’achat d’objets d’art en ligne serait plus facile, plus rapide, il suffit de quelques clics, mais aussi plus démocratique que les traditionnelles ventes aux enchères et leurs salles prestigieuses : 67% des acheteurs en ligne ont acquis des œuvres de moins de 5000 euros et surtout les frais sont considérablement réduits.

La fin des salles de ventes ? Pas sûr. D’abord les grandes salles ont décidé de s’y mettre et Christie’s a pris la tête des plateformes en lignes ; Sotheby’s, bon 4ème,, entend rattraper son retard en s’associant avec ebay. Mais la rentabilité n’est pas assurée. Artprice avec pourtant 3,6 millions d’abonnés n’aurait retiré que 500 000 euros en 2015 de ce commerce. Beaucoup de petites Start up ont fermé boutique et même Amazone ne semble pas avoir si bien réussi. En cause, les coûts technologiques : au minimum 5 à 600 000 euros de mise initiale avec un amortissement qui demande au moins 5 ans… car il faut trouver le bon algorithme et le perfectionner sans cesse. Or le secteur est déjà si saturé que des fusions de plateformes sont enclenchées.

Enfin, les enchères online peinent à convaincre les grands collectionneurs de leur confier des œuvres d’exception. Internet pêche par manque d’expertise, les ventes en ligne s’apparentent à du courtage et …

Lire la suite sur le blogue de Christine Sourgins

Christine Sourgins est l’auteur de

Une musique libérée de tout mécénat corrupteur ou financement public :

Concerto en DO# mineur – Fabrice Eulry

 

cliquez sur l’image pour écouter des extraits et le commander

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*