CHRONIQUES DU PETIT-JOURNAL ST MICHEL

  Pour ceux qui ne sont jamais venus au Petit-journal St Michel (à ne pas confondre avec le Petit-journal Montparnasse), notez la proximité du public autour de l’artiste, qui crée une intimité, voire certains soirs, une communion toute particulière au lieu.

   C’est l’unique rendez-vous régulier mensuel de Fabrice Eulry à Paris : tous les derniers lundi du mois.

Le lundi 28 décembre 2015

Pour la dernière fois de l’année de l’année 2015

Fabrice Eulry donnait un concert au Petit-journal Saint-Michel, comme chaque dernier lundi du mois. Mais ce fut là une soirée exceptionnelle. Tout d’abord la salle fut pleine à craquer, mais point seulement d’auditeurs, car les musiciens étaient venus écouter le pianiste qui les invita et improvisa avec eux sans forcément les connaître : Rolland Barral qui chanta du Aznavour, la surprenante Dasha Pearl,

dasha

cliquez sur l’image pour accéder à son Fb

qui chanta du Bessie Smith, Alexis Lograda jeune violoniste qui est né l’année où Stéphane Grappelli nous a quitté, interpréta Nuages dans un silence recueilli où le public redécouvrit la magie de cette musique acoustique du quintet du hot-club de France, nous eûmes même des claquettes (sur deux mètres carrés !) avec Philippe Roux… Et dans les vieux complices Ahmet Gulbay enflamma la salle sur un quatre mains.

Une belle manière de quitter cette année musicale 2015 !

 

 Photo : © Carole Demolliens

 
Boogie Folies

  
Boogie Folies Volume 2

Lundi 26 octobre 2015

Le « PJ » était complet pour accueillir le pianiste. Une soirée pleine de surprises, avec entre autres, la venue sur scène du saxophoniste Lionel Stievenard et de la pianiste Elodie Sablier elodiepour quelques improvisations toniques. 

LUNDI 30 mars 2015

 Pour le compte-rendu du concert de lundi 30/03/ 2015, laissons la parole aux auditeurs présents :

 « Bonjour,

   Je profite de ce courriel pour vous remercier pour la soirée du 30 mars qui était exceptionnelle et tellement chaleureuse, tant vous avez donné, comme toujours à votre public. La participation, ce même soir, d’artistes présents dans la salle (2 pianistes, et une chanteuse impromptue !) fut, j’en suis sûr, un grand moment pour votre public. En attendant, pour ma femme et pour moi ce le fut. Un grand coup de chapeau à Tony pour son talent,

et mon admiration pour cette chanteuse* qui a chanté Work Song au pied-levé, avec une voix qui nous a beaucoup émus.

Connaitriez-vous son nom svp ?

  Je ne vais pas vous en faire lire davantage.., et je vous dis A bientôt !

PS : nous avons revisionné le DVD Bobino 2003 (« nous y étions ! »), et le dernier de 2014 à Roanne, deux super concerts. Merci encore. »

Roland et Martine

 

*Il s’agit de la chanteuse Nanou dont le Canard du pianiste a récemment relayé un concert. 

 

 

Quant aux dvd  évoqués les voici :

Fabrice Eulry à BOBINO qui vient d’être réédité (cliquez sur l’image pour accéder à la boutique)

   

Le 23 lundi février 2015 

Fabrice Eulry outre ses compositions, a invité Rolland sur quelques chansons d’Aznavour, et Tony Kazima pour un quatre mains qui a mis le public en joie. Le concert qui avait commencé par du Bach s’est terminé par Hey Joe !

 Cliquez sur l’image pour commander le disque

LUNDI 27 OCTOBRE 2014

 Fabrice Eulry rentrait de sa tournée aux Etats-unis et donna quelques nouvelles compositions. Dans un quatre mains puis en solo, le public a également pu applaudir un jeune invité surprise : César Pastre le fils de Michel Pastre est pianiste. Désormais professionnel, il jouera au caveau de la Huchette du 27 décembre au 3 janvier dans le tonique orchestre  de Drew Davis !

 

 

   Fabrice Eulry en action, tous les derniers lundi du mois au Petit-journal Saint-Michel

 LE PIANISTE EN SOLO 

 EL BOOGIE-WOOGIE LO MAS RAPIDO

LUNDI 29 SEPTEMBRE 2014

(merci à @Carole Demolliens pour la photo)

Après mon concert en solo, je m’apprête à quitter la salle, lorsque Adelaïde et Jean, deux de mes élèves se précipitent sur le piano avec la claveciniste Sonia Donabédian, pour terminer la soirée avec un 8 mains.

 

   Cliquez sur la couverture du Petit-journal du 16 mars 1914 et lisez l’article du site d’histoire herodote.net qui relate le coup de feu de Madame Caillaux sur Gaston Calmette : un de ceux qui déclenchèrent la première guerre mondiale ! Mais n’oubliez pas de réserver non plus pour mes concerts tous les deniers lundi du mois au Petit-journal Saint-Michel, lieu qui doit son nom à cette ancienne revue.

Fabrice EULRY

LUNDI 28 FEVRIER 2013

  « Le public a entre autres pu entendre les Variations sur les yeux noirs qu’il m’avait demandées. Je ne les joue plus spontanément depuis 1997, mais cette « jachère » a permis de reprendre du plaisir à les redonner. Entre temps d’autres inspirations ont fait leur apparition. Par exemple, au lieu de rester en ré mineur du début à la fin, je passe quelques modulations et développe même le thème en mode majeur par instants. »

LUNDI 27 MAI 2013 

  Fabrice Eulry sévissait au Petit-journal Saint-Michel jouant quelques morceaux de son dernier disque :

 

photos : Carole Demolliens

Nous avons aussi pu entendre, jouant le blues et du Fats Waller, un pianiste de 18 ans Tony Kazima , qui avait contacté Fabrice Eulry par internet pour le rencontrer.

Souhaitant devenir pianiste professionnel, Anthony est basé sur Dijon. Si vous souhaitez le contacter voici ses coordonnées : kazima.anthony@laposte.net

LUNDI 25 MARS 2013

Fabrice Eulry a joué quelques compositions et ses nouveaux boogie-woogie qu’il prépare pour l’enregistrement du disque Boogie folies volume III.

 
Boogie Folies

  
Boogie Folies Volume 2

LUNDI 25 MARS 2013

 Sortie officielle  de Twistin’at Ray’s enregistré à Cincinatti

Le disque sorti aux Etats-unis pendant l’été 2012 à peine arrivé en France en cette fin de février 2013 est déjà presque épuisé. Hier soir Fabrice a joué ses compositions et le public a eu le bonheur d’entendre quelques invités surprises : Pierre Panet a joué du Mozart, Franck Mossler a donné quelques imitations (Gainsbourg, Giscard, Bourvil…) ,  Sonia Donabédian et Pierre-Yves plat ont improvisé au piano avec Fabrice Eulry.

LUNDI 28 JANVIER 2013

Un invité surprise (révélation exclusive du Canard du pianiste) : Boris Mlatac a improvisé quelques blues avec Fabrice Eulry, et Pierre Panet nous a joué un peu de Mozart.

MARDI 26 DECEMBRE 2012

Fabrice Eulry le mercredi 26 décembre en piano solo a donné :

  LE CONCERT DES SURVIVANTS DE LA FIN DU MONDE !

   pour un auditoire assez fourni mais le Petit-journal n’affichait pas complet comme le mois dernier. Au répertoire quelques morceaux de l’histoire de France en chantant, blues, boogie-woogie, chansons de Noël, et  compositions de l’album Twistin’at Ray’s comme You’ll neveu twist alose et Pat Twist.

  Parmi vous, un fidèle mélomane qui me suit depuis plusieurs années me compta une anecdote : « Un ami a adoré votre disque « Ragtime » et m’a demandé de lui faire une copie (OH LE VILAIN REFLEXE !). va d’abord le voir en concert » a-t-il répondu a son ami. C’est ce que ce dernier, après avoir dit qu’il plaisantait, a finalement fait avant d’acheter ce disque. Et paraît-il, il ne le regrette pas.

  Le disque est la seul bien de consommation qui n’ait pas augmenté depuis vingt ans : pour mémoire :

Prix d’un repas dans un restaurant style pension de famille à Paris :

En 1990 : 45 francs = 6 €

En 2012 : 15 €

Augmentation de 150 %

Prix d’un disque compact en nouveauté :

En 1990 :  125 francs = 20 €

En 2012 : 20 €

Augmentation de 0 %

    Lorsque nous avons la chance de ne pas être au bord du déclassement, ce qui est malheureusement le cas pour toujours plus de citoyens chaque jour, justifier le piratage d’un disque auto-produit en prétextant du prix abusif du disque commence à être d’une ringardise qui décrédibilise tant, qu’il vaut risquer un « Vive la pingrerie », ou « Je me fiche de soutenir les artistes ».

LUNDI 27 OCTOBRE 2012

Une lettre à chaud d’une mélomane présente :

photos : Carole Demolliens

« Monsieur Eulry,

Je tiens à vous remercier pour votre prestation exceptionnelle d’hier soir avec pour seul bémol (si je puis dire 🙂 ! ) un public difficile, voire irrespectueux.  La consolation dans tout ça, la grande complicité qui s’est du coup installée entre vous et ceux qui étaient là pour écouter votre merveilleuse musique.

Plus j’avance, plus j’admire votre très grande créativité et surtout votre originalité.  Je crois que je vous ai entendu jouer Swanee River cinq fois environ (entre vos disques et les soirées au Petit Journal) et à chaque fois, c’est une version complètement différente.  J’ai particulièrement apprécié la version que vous avez joué hier soir – mineure, Chopin -presque par moments, avant de revenir à la vieille chanson traditionnelle.

Bien musicalement,

Nicky Gentil »

 Ici Pierre Panet, invité surprise, jouant une sonate de Mozart sous l’oeil bienveillant de notre envoyé spécial.

 10 JUILLET 2012

 Ici Fabrice Eulry avec Marc Laferrière, venu improviser deux ou trois morceaux inopinément lors de l’édition de juillet.

photos Carole Demolliens

  Un cliché vraisemblablement pris sur le premier temps d’une basse de boogie-woogie dans l’harmonie de Ré, à en juger par la position tendue de l’auriculaire gauche !

Lundi 26 octobre 2015

Le « PJ » était complet pour accueillir le pianiste. Une soirée pleine de surprises, avec entre autres, la venue sur scène du saxophoniste Lionel Stievenard et de la pianiste Elodie Sablierelodiepour quelques improvisations toniques. Prochain concert de Fabrice Eulry au Petit-journal Saint-Michel :

e 

 

5 réflexions sur “CHRONIQUES DU PETIT-JOURNAL ST MICHEL

  1. Pingback: LUNDI AU PETIT-JOURNAL SAINT-MICHEL | Le Canard du pianiste

  2. Et ce qui est formidable c’est que Fabrice fait partie de ces rares artistes à voir et à revoir.

    Chacune de ses prestations sont une découverte .
    Il n’est jamais dans la routine ou la « redite »….
    C’est rare, c’est créatif, et réjouissant.

  3. Une soirée inoubliable ce lundi 29 octobre 2012 au Petit journal Saint- Michel autour de Fabrice !! Non seulement il nous a gratifié de magnifiques improvisations, boogies , ragtimes et autres compositions plus personnelles, mais ce qui restera gravé dans ma mémoire, c’est sa générosité immense sur scène, sa faculté de communier avec le public et de se donner « corps et âme » à son piano et à son public. Fabrice, ce soir là, comme à chaque fois, était « habité » par sa musique, était véritablement en « transe », et nous a fait partager ce moment magique, une vraie jouissance musicale sur scène ! Devant ses fans et amis, avec un Petit-journal plein à craquer… impossible de rater une occasion de le voir et l’écouter, tout simplement merveilleux.
    J’aime , Fabrice tes reprises de standards que tu interprètes si bien , tes improvisations endiablées , tes changements de rythme, et tes rires de plaisir pendant que tu joues , quelle énergie !!!…
    J’ai adoré, j’en ai encore des frissons. Continue de te produire à Paris même si les conditions n’y sont pas les plus faciles !
    Merci et à bientot ….
    Antoine , des « Sequoias  » 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*