BLUES EN AVEYRON FÊTE SES 5 ANS

Voici la billetterie en ligne :

https://my.weezevent.com/blues-en-aveyron-2022

Les billets seront également disponibles à la librairie du Pont-virgule d’Espalion à partir du samedi 24 septembre

Du 20 au 23 octobre 2022, la sixième édition du festival vous propose :

Emilie Hedou et Fabrice Eulry :

« Emilie Hedou et Fabrice Eulry : puisqu’on parle beaucoup d’énergie en ce moment sachez que ce duo c’est Emilie Hedou : la chanteuse qu’on s’arrache avec une voix qui déchire. Fabrice Eulry : le pianiste Super phénix sans salle de contrôle (Midi libre) du Rythm’n blues au gospel. »

Au centre européen de Conques le jeudi 20 octobre 20h30

vendredi 21 : Ricky Norton et Fabrice Eulry à Brousse le château. Répertoire d’Elvis de Milk cow blues à Good rock in’ tonight !

Ricky Norton et Fabrice Eulry en 2017 au Petit-journal St Michel

Samedi 22 : Soirée boogie-woogie, duels de piano.Ne manquez pas le point culminant du festival. Pour fêter ses 5 ans Blues en Aveyron vous propose une soirée folle de piano boogie avec plusieurs pianos et plusieurs pianistes, des 4 mains des 6 mains… Et surtout du rythme et du spectacle.Trois artistes de renom : Anne Cadilhac, Victor Demange et Fabrice Eulry, et des invités surprise.

Au prieuré de sauvage à Druelle Balsac le samedi 22 octobre 20h30 (près de l’aéroport de Rodez)

la clôture : Du blues à l’accordéon :
A la guitare, l’accordéon disputa un moment la paternité du blues. C’est sur les traces des pionniers que nous emmèneront Fabrice Eulry (piano) et Micheline Van Hautem (chant flûte guitare) dans leur répertoire country blues, ainsi que Guillaume et Lucia Fric (accordéon), dimanche 23 octobre 16h à l’église de Ste Hipollyte pour ce concert de clôture du 6ème festival Blues en Aveyron. 

Lead Belly pionnier du blues

https://my.weezevent.com/blues-en-aveyron-2022

Les billets seront également disponibles à la librairie du Pont-virgule d’Espalion à partir du samedi 24 septembre

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

DÉFENDRE LES PERSONNES, PAS LES RÉGIMES

« C’est ce que l’Art propose. Lorsque je joue pour une cause, ce ne saurait être celle d’un régime ou d’une doctrine politique, il s’agit d’aider des civils dans la détresse lors de catastrophes (guerre, famine, épidémie, tremblement de terre) de souffrances (isolement en maison de retraite, prison) et donner de l’espoir et du sens.

Aussi, si la récupération politique est parfois inévitable, il ne s’agit pas de fuir, mais d’essayer de se protéger le plus possible de la récupération tant que la balance reste positive ; et c’est très dur à évaluer tant que l’évènement n’est pas accompli, car les pièges du réel sont souvent imprévisibles.

En 2022, la cause des civils ukrainiens fuyant la guerre et son cortège d’horreurs est partout, et si elle me touche à titre personnel parce que vous le savez, je joue et enregistre souvent avec le philharmonique de Kharkiv (Kharkov) qui est constitué de personnes en or actuellement disséminée et parfois en danger, je suis également confronté au phénomène de mode et d’hystérie qui l’accompagne :

Au lieu d’être traitée avec simplicité puisqu’il s’agit seulement pour moi de jouer pour recueillir des fonds procurant nourriture, médicaments, moyens d’évacuation hors des zones de combat, hébergement provisoire et subsistance, la cause des civils est parasitée par des pathos multiples :

Tout comme on nous enjoignait d’être Charlie en 2015, il faudrait être Ukraine, communier tous et obligatoirement d’une même ferveur, et voir ce conflit chaotique qui dure depuis 8 ans comme s’il était né hier et n’avait aucune complexité, de manière binaire, comme un match de foot où il faudrait tenir pour une équipe contre l’autre (les méchants).

Il faudrait aussi le voir comme s’il était le seul péril au monde, tout comme il en était du covid il y a encore quelques mois, alors qu’il y a 24 autres conflits dans le monde au même moment… Une famine au Liban depuis deux ans et demie, une autre qui se profile en Tunisie…

Je suis obligé, lors de ces concerts que je donne dans l’unique but d’atténuer les peines des Ukrainiens, de prendre le micro et de préciser que je ne m’associe à aucun message politique qui émanerait des autres acteurs de ces galas, ou qui semblerait émaner à travers les codes dont ils sont parsemés (drapeaux, hymnes, symboles, choix des termes dans la communication).

Mais cela va bien plus loin. Cette hystérie qui évidemment ne sert aucunement la cause des populations ukrainiennes en détresse, va jusqu’au bout de sa logique (logique de guerre en fait !) en enjoignant même les artistes russes de réciter la doxa du moment, sous peine d’être déprogrammés. Outre que l’hystérie fait fi de toute notion professionnelle (contrat, limites entre privé et public) elle accapare toute l’énergie que demande le travail artistique au seul profit de ses slogans et de son discours indigent et imbu de lui-même.

Ici le refus du conservatoire Rachmaninoff de céder :

Bravo aux membres courageux de ce conservatoire. L’art ne devrait pas subir les conséquences de la folie de certains hommes.

La soprano Anna Netrebko, a dû se retirer de la scène, comme d’autres. Elle a déclaré : « Il n’est pas juste de forcer les artistes (..) à exprimer leurs opinions politiques en public (..) Je ne suis pas une personne politique.. Je ne suis pas un expert en politique. Je suis une artiste et mon but est d’unir au-delà des clivages politiques. » Certes mais j’ai envie de répondre à ma chère collègue, que le pouvoir politique n’en a rien à cirer de qui nous sommes et de ce que nous défendons, il nous a prouvé que nous ne comptons que dans la mesure où il voit seulement en nous une possibilité d’utiliser la tribune que nous donne la scène, pour lui servir la soupe en reprenant ses thèmes.

En dehors de cela nous ne sommes rien pour lui, et il se méfie de l’Art comme de tout ce qui crée du lien entre les humains, qu’il a besoin de diviser pour les dominer.

En conclusion, ces concerts de solidarité ne sont pas de tout repos, il faut beaucoup d’énergie pour défendre la musique et l’efficacité de la démarche contre le parasitage de la récupération.

Mais il y d’autres concerts, et nous espérons que vous aurez plaisir à retrouver nos duos de piano dans le cadre du festival Blues en Aveyron (article à paraître). »

Fabrice Eulry

Anne Cadilhac et Fabrice Eulry au festival Blues en Aveyron 2020
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

70 000 € POUR LES CIVILS SINISTRÉS

C’était lundi 14 mars 2020 à Sète.

Fabrice Eulry n’a évidemment pas manqué de jouer ses variations sur « Les copains d’abord » en souvenir de Georges Brassens.

Merci aux Sètois.

Et Fabrice Eulry recommence jeudi 24 mars à côté de Rodez. 20h30 à la salle de La Baleine d’Onet le château. 20€/pers 500 places : il faut que ce soit plein, les réfugiés ukrainiens comptent sur les Ruthenois.

Les Ruthenois (habitants de Rodez) portent d’ailleurs le même nom que les Ruthènes, habitants d’une province d’Ukraine (la Ruthénie). L’ethnie serait la même…

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

FABRICE EULRY et BIG JAY MC NEELEY 1994

Pour se donner du courage, une petite archive de Coucou c’est nous, qui date de 1994, avec un boogie-woogie 8 mains (Fabrice Eulry, Jean-Pierre Bertrand, Jean-Paul Amouroux, Bob Seeley par ordre d’apparition) avec en cerise sur le gâteau Big Jay Mc Neeley, l’inventeur du rock’n roll au saxophone (1er disque en 1949).

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

MINIMARE DE NOËL

« Chers amis mélomanes,

Pour vous remonter le moral et que vous passiez malgré tout un joyeux Noël, voici une petite anecdote :

La ministre Amélie de Montchalin, dont depuis 5 longues années nous subissons la vacuité (mais aussi la violence dissimulée sous ses airs douceâtres) s’étant déclarant sur RMC pour la vaxx obligatoire…. a été débarquée de l’avion à Genève, faute de paSS après avoir tenté de s’installer dans l’avion. Le chef d’escale qui avait refoulé quatre personnes sans paSS qui avaient le tort de ne pas être ministre, l’avait laissée monter sans PaSS mais le commandant de bord ne voulant pas commettre d’injustice l’a délogée de son siège.

Ce énième 2 poids 2 mesures d’un « faitescquejdisfaitespascquejfais » a inspiré un commentaire que nous publions, piqué au spirituel compte Twitter SiVisPacemParaBellum :

Pour ne pas subir ces mêmes restrictions qui ont maintes fois annulés mes concerts au dernier moment, et en ont encore récemment privé nos amis suisses, que n’a-t-elle pas volé en jet privé ? Comme elle aurait prétendu ne pas avoir de téléphone (pauvres ministres sous-équipés ! Son cadeau de Noël est tout trouvé !) nos amis suisses friands de jeux de mots écriraient même :

Que NATEL pas volé en jet privé ?

Alors si cette hyper-classe sensée nous sidérer, dominer, tracer, pucer, cobayiser, empoisonner… pour nous projeter sans rémission dans un monde orwellien, n’est finalement que ce ramassis de pathétiques faisant pitié et obligés de mentir comme des gamins pris sur le fait, c’est soit que nous le méritons, soit que nous n’avons qu’à souffler un bon coup pour balayer leur minable château de cartes ;

Tenez, Il y a trois jours nos amis roumains n’ont eu qu’à forcer la grille du parlement pour que leur sénat apeuré considère que le passeport vaccinal n’était finalement pas si urgent que cela ; car « Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux » (attribué à Etienne de la Boétie, déjà cité il y a 7 ans dans le Canard du pianiste dont nous publions ci-dessous à nouveau un extrait de La servitude volontaire ).

Alors, serviles ou libres ?

Dans les deux cas, inutile donc, de se gâcher Noël, que je vous souhaite joyeux ! »

Fabrice Eulry

Estienne de la Boétie (1530-1563)

« Pauvres gens misérables, peuples insensés, nations opiniâtres à votre mal et aveugles à votre bien ! Vous vous laissez enlever sous vos yeux le plus beau et le plus clair de votre revenu, vous laissez piller vos champs, voler et dépouiller vos maisons des vieux meubles de vos ancêtres ! Vous vivez de telle sorte que rien n’est plus à vous. Il semble que vous regarderiez désormais comme un grand bonheur qu’on vous laissât seulement la moitié de vos biens, de vos familles, de vos vies. Et tous ces dégâts, ces malheurs, cette ruine, ne vous viennent pas des ennemis, mais certes bien de l’ennemi, de celui-là même que vous avez fait ce qu’il est, de celui pour qui vous allez si courageusement à la guerre, et pour la grandeur duquel vous ne refusez pas de vous offrir vous-mêmes à la mort. Ce maître n’a pourtant que deux yeux, deux mains, un corps, et rien de plus que n’a le dernier des habitants du nombre infini de nos villes. Ce qu’il a de plus, ce sont les moyens que vous lui fournissez pour vous détruire. D’où tire-t-il tous ces yeux qui vous épient, si ce n’est de vous ? Comment a-t-il tant de mains pour vous frapper, s’il ne vous les emprunte ? Les pieds dont il foule vos cités ne sont-ils pas aussi les vôtres ? A-t-il pouvoir sur vous, qui ne soit de vous-mêmes ? Comment oserait-il vous assaillir, s’il n’était d’intelligence avec vous ? Quel mal pourrait-il vous faire, si vous n’étiez les receleurs du larron qui vous pille, les complices du meurtrier qui vous tue et les traîtres de vous-mêmes ? Vous semez vos champs pour qu’il les dévaste, vous meublez et remplissez vos maisons pour fournir ses pilleries, vous élevez vos filles afin qu’il puisse assouvir sa luxure, vous nourrissez vos enfants pour qu’il en fasse des soldats dans le meilleur des cas, pour qu’il les mène à la guerre, à la boucherie, qu’il les rende ministres de ses convoitises et exécuteurs de ses vengeances. Vous vous usez à la peine afin qu’il puisse se mignarder dans ses délices et se vautrer dans ses sales plaisirs. Vous vous affaiblissez afin qu’il soit plus fort, et qu’il vous tienne plus rudement la bride plus courte. Et de tant d’indignités que les bêtes elles-mêmes ne supporteraient pas si elles les sentaient, vous pourriez vous délivrer si vous essayiez, même pas de vous délivrer, seulement de le vouloir. Soyez résolus à ne plus servir, et vous voilà libres. Je ne vous demande pas de le pousser, de l’ébranler, mais seulement de ne plus le soutenir, et vous le verrez, tel un grand colosse dont on a brisé la base, fondre sous son poids et se rompre. »

 Estienne de La Boétie

Extrait du Discours de la servitude volontaire 1547

Et pour finir, souhaitons également un joyeux Noël à ceux qui auraient leur paSS pour aller au ciné (Le Canard du pianiste n’est pas sectaire) ne ratez surtout pas la sortie du film de l’année, avec les meilleurs acteurs du cinéma français actuel ! :

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

LES DERNIERS CONCERTS DE L’ANNÉE

Même si ces concert étaient annoncés depuis très longtemps dans la rubrique agenda concerts, nous ne résistons pas à l’envie de les annoncer une dernières fois ! Profitez-en ce sont le derniers concerts de l’année à Paris. Joyeux Noël à tous ! (avec grand-mère et grand-père dans la même pièce pour partager la bûche).

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

PARÉS POUR L’HIVER ?

Cet hiver est redoutable, polaire même ! Pensez-donc : le thermomètre est passé en dessous de zéro, la civilisation est en danger ! Il faut être prévoyant. Rien ne vaut le conseil d’un ami, et voici celui qu’un d’eux nous envoie, avec bienveillance, pour notre bien :

« Si tu veux rouler pense à tes pneus neige.

Certes il y a même des gens qui ont des accidents graves avec ces pneus d’hiver-là alors qu’ils n’en avaient pas besoin sur des routes sans neige, mais c’est comme çà on ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs.

Certes en cas de neige, les pneus d’hiver qu’on m’a recommandés ne protègent pas plus que des pneus d’été, mais il paraît qu’ils sont biens tout de même ; forcément, car si on m’a fait du chantage pour que je les prenne, c’était sûrement pour mon bien.

Ils disent que ces pneus mettent en sécurité surtout s’il y a beaucoup, beaucoup, beaucoup de neige, et surtout si on les change plus souvent. Donc j’en suis à mon troisième jeu.

Certes, je les prends chez une marque qui a eu 40 condamnations pénales, et dont les amendes sont dérisoires par rapport à ce qu’elle gagne en vendant ces pneus. Certes mon garagiste touche des commissions juteuses de la part de cette société pour me forcer à les acheter, mais si ces pneus ne fonctionnent pas sur la neige, je pense que c’est plutôt à cause des autres automobilistes qui ne veulent pas les utiliser.

C’est pourquoi j’ai trouvé bien qu’on les empêche de conduire.

Mais il y a toujours autant d’accidents, c’est donc qu’on a pas été assez loin : il faut les forcer à s’équiper de ces pneus et en commander des milliards ! Et les changer tous les jours s’il faut ! »

Et nous comme nous sommes intelligents nous allons suivre les conseils de cet ami bienveillant bien sûr.

Bien sûr

Si vous ne voulez perdre votre temps à changer vos pneus d’hiver tous les jours déchiffrez plutôt un ragtime de Fabrice Eulry. Voici le début (commandez la partition complète sur fabriceeulry.com) :

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

RÉSONNANCE FRANCE TIENT BON

« Non, nous n’avons pas renoncé à apporter le réconfort, le sens, et la lumière que la musique apporte dans les lieux de solitude et de désespoir. Pourtant, le contexte n’est pas favorable : paSS, possibilité de confinement qui provoque un manque de visibilité pour dresser l’agenda, annulation des interventions au dernier moment suite à cas positifs ou des risques de contagion, constituent autant de raisons de laisser croire aux donateurs de Résonnance que son activité est suspendue depuis un an et demie. Non seulement il n’en est rien, mais malgré le manque de dons, Résonnance France fait des miracles en maintenant son activité ! » Fabrice EULRY

Avec très peu de dons, le nombre des prestations en 2021 est même en légère hausse par rapport à 2020 : 30 contre 26 ! Aidez-nous à retrouver notre présence de 2019 (plus de 100 !) en faisant un don dé-fiscalisé à Résonnance France. On doit cela à une gestion drastique et une abnégation totale des artistes qui prennent sur eux, mais cela ne peut pas durer éternellement : Aidez-nous à retrouver notre présence de 2019 (plus de 100 !) en faisant un don dé-fiscalisé à Résonnance France

Envoyer votre chèque à :

Résonnance France 150 chemin de la barrière blanche 38 470 Têche.

Demandez votre reçu fiscal à :

lclem38@yahoo.com

(M.Lionel Clémencin trésorier)

A Paris 13ème à l’EHPAD Annie Girardot début 2021
Sur le bon vieux piano de la maison de retraite Alphonse Daudet de Bollène près d’Orange, Fabrice EULRY donne ici son troisième concert, et présente ici un morceau où il joue en même temps du piano et de la clarinette.
A Toulouse
A l’EHPAD d’Onet le château (Aveyron) un concert chaque mois, Résonnance France
fournit même gracieusement le piano !
Et comme Résonnance ne peut pas en fournir partout, ici, exceptionnellement, un concert sur piano électro-acoustique !
La jeunesse n’est pas en reste avec un triple conférence sur le blues à Mur de Barrez (à la limite du Cantal et de l’Aveyron)

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

ÉRIC CLAPTON DIT NON LUI AUSSI

« À la suite de l’annonce faite par le Premier ministre le lundi 19 juillet 2021, je me sens tenu par l’honneur de faire ma propre annonce : je tiens à dire que je ne me produirai sur aucune scène où il y a un public discriminé présent. À moins que des dispositions ne soient prises pour que tout le monde puisse y assister, je me réserve le droit d’annuler le spectacle »

Pour plusieurs raisons il faut espérer qu’il n’annulera pas son prochain concert au Royaume uni :

Tout d’abord parce que ce concert ayant lieu en mai 2022, cela voudrait dire que la mesure serait encore vigueur à ce moment.

Et enfin parce que cela voudrait dire que les craintes du guitariste de légende de ne plus avoir la capacité de jouer suite aux effets secondaires du vaccin Astra Zeneca auront été confirmées.

Souhaitons-lui bonne chance et bon rétablissement !

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

NON

A tous ceux qui aiment la musique, et le festival Blues en Aveyron, voici une annonce de son président Fabrice Eulry

Chers amis mélomanes, la cinquième édition du festival est pour octobre prochain. Nous l’avons programmée dans des salles de plus de cinquante places et les artistes sont déjà engagés depuis plusieurs mois. Or, la loi du passeport vaccinal change la donne. Nous sommes certes habitués depuis 18 mois, à ce que les règles changent sans arrêt et nous nous sommes adaptés avec souplesse, patience, et bonne volonté, comme tous nos compatriotes.

Cependant, notre pays vient de franchir la ligne rouge.

Le spectacle, notre domaine, possède ses règles propres que nous demandons au public de respecter. Cela peut aller de payer sa place, à respecter le droit à l’image des artistes, ou ne pas faire de chahut lors d’un concert intime, une pièce de théâtre...

Mais, en dehors de ces règles, il n’est ni dans notre compétence, ni dans notre vocation, ni dans nos moyens, de discriminer le public sur quelque critère que ce soit.

Si la loi sur le passeport vaccinal est appliquée, nous devrons donc renoncer aux spectacles que nous avons programmés pour cette 5éme édition. Les artistes concernés ont été contactés. Comme nous, ils ne souhaitent pas que leur scène soit l’objet de ce tri humain. C’est NON !

Pour autant nous souhaitons que le festival Blues en Aveyron survive miraculeusement, tout comme l’année dernière même si ce sera encore plus difficile, et nous ne souhaitons pas sanctionner le public dans sa totalité sous prétexte de ne pas le discriminer ; donc dans le pire scénario, nous nous efforcerons de proposer si cela est viable pour nous, des spectacles réduits pour passer en dessous des radars de ces restrictions.

Nous n’avons pas créé ce festival, avec tous les sacrifices et les investissements personnels que cela implique, pour accepter en fin de compte, d’être transformés contre notre gré, en auxiliaires bénévoles d’un système de surveillance généralisée. C’est NON !

Nous n’avons pas non plus créé ce festival, avec tous les sacrifices et les investissements personnels que cela implique, pour endosser une responsabilité que le pouvoir exécutif nous impose, sans être capable de l’assumer lui-même. Si ce contrôle était une mission vitale, il la confierait à ses fonctionnaires. Mais faute de moyens, il bluffe et compte sur chacun pour fliquer chacun. C’est NON !

Pour conclure je vais parler en mon nom, sans me planquer derrière l’équipe de Blues en Aveyron, mais à découvert, en tant qu’artiste pratiquant déjà son métier il y a quarante ans, quand le président de l’exécutif était encore à l’école maternelle :

J’ai choisi ce métier contre vents et marées, pour m’adresser à tous, et non pour exclure, suivant un critère que l’on chercherait à m’imposer avec des arguments d’autorité. Dès le départ de ce drame évitable, début 2020, j’ai promis dans ces colonnes, qu’en cas d’instrumentalisation politique, je devrais expatrier mon activité artistique à regret, mais seulement après avoir tout essayé.

À présent que la ligne rouge franchie, mes compatriotes divisés depuis si longtemps, commencent à comprendre, à se parler à nouveau, et à renouer avec le sens du mot NON ; ainsi, je leur fais et vous fais amis mélomanes, la promesse d’enchanter et d’apaiser votre âme plus que jamais avec toute force de musique, et de pratiquer mon métier sans jamais céder au chantage.

Je n’y ai pas grand mérite, comme beaucoup, je suis ignorant dans la plupart des domaines, mais j’ai la chance de savoir deux choses :

D’abord, je suis au courant depuis longtemps que de telles épreuves nous attendaient, j’ai donc eu du temps pour assurer mes arrières.

Ensuite j’ai appris que la liberté ne se rachète pas à celui qui vous empêche d’exercer la vôtre : même pas un centime, aucune négociation ! S’il est plus costaud que vous, il vous faut juste contourner l’obstacle, exercer votre liberté autrement, et la reconquérir patiemment : il vous demande un droit de passage en se mettant en travers du pont ? Alors ou bien nous payons et il ne se privera pas de nous rançonner chaque jour un peu plus, nous et ceux qui viennent après nous, ou bien nous avons le courage de nous mouiller en traversant un peu plus loin avec la patience de trouver un gué, et ça lui passera très vite !… À notre retour, il y a même des chances qu’il se soit lassé et soit allé plus loin exercer sa vocation parasitaire, le pont sera libre à nouveau !

Ce courage de dire NON, vous l’avez retrouvé, ou bien vous le retrouverez… chacun à sa manière, chacun à son rythme… au fur et mesure que chacun réalise qu’il n’a plus le choix.

Comptez sur le mien.

NON

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire