UN BON VIEUX ROCKER ALCOOLIQUE EN BOURGOGNE (CHRONIQUE)

C’était le 5 décembre 2012 à Beaune. Juste après le glissando qui termine le premier mouvement du boogie-expiatoire.

Il s’agissait pour Philippe Léglise que nous remercions au passage pour la photo, d’être sur le qui-vive : en effet, cette séquence dure le temps d’un demi-soupir, contrairement à ce que suggère l’image, la musique ne s’arrête pas !

MUSIQUE

Beaune : un show “Eulryssimo”

le 07/12/2012 à 05:00 Vu 60 fois
Les facéties de Fabrice Eulry ne l’empêchent pas de garder une belle musicalité.  Photo Jean-Marie Perrot Les facéties de Fabrice Eulry ne l'empêchent pas de garder une belle musicalité.  Jean-Marie Perrot

Les facéties de Fabrice Eulry ne l’empêchent pas de garder une belle musicalité. Photo Jean-Marie Perrot

La Lanterne magique a accueilli, pour la première fois, le festival Beaune Blues Boogie ; une septième édition lancée de main de maître par Fabrice Eulry.

Virtuose du piano, show man inégalable, Fabrice Eulry a emporté la Lanterne magique dans un délire d’enthousiasme de musique et d’humour désopilant lors de la soirée de lancement du septième BBB.

Contre un ticket, les spectateurs ont été embarqués dans l’univers de Fabrice Eulry et, selon l’expression consacrée, ils en ont eu pour leur argent. C’est un phénomène de la scène qui a attaqué son concert par une Marseillaise n’ayant rien de provocateur comme certains ont pu le faire. Cette douce entrée en matière annonçait la couleur devant un public resté un instant quelque peu coi et interrogateur.

Deux facettes d’un grand artiste

Mais le show germait déjà par quelques gentilles pitreries. Il a bien fallu que le pianiste chauffe ses doigts magiques et rythme une poitrine gênée par une vilaine bronchite… Et par le trac car, même avec sa maîtrise, l’artiste est soucieux « de surprendre les spectateurs » tenant à rendre chaque concert unique.

La musicalité d’exception est incrustée de pitreries, et les spectateurs ne savent plus s’ils doivent apprécier les moments musicaux dignes des plus grands interprètes ou jouir des facéties et des grimaces du clown. L’accord des deux facettes les emmènent dans un voyage géographique et stylistique où les mondes s’enchaînent sur des touches pas assez nombreuses du clavier.

Contrôle et subtilité

Fabrice Eulry va se frotter au public en percussionniste, tout en gardant le tempo du morceau commencé au clavier. Ses dérapages sur Les Copains d’abord sont contrôlés tout en subtilité, dans une cuisine où il associe les musiques du monde ; la musique qu’il sert à merveille et de manière originale.

Fabrice Luchini en humoriste avait inauguré la Lanterne magique de belle façon, en octobre 2011, un autre Fabrice vient d’ajouter ici une pierre blanche pour la musique. Un instant magique qui restera gravé dans la pierre des souvenirs.

Une réflexion sur “UN BON VIEUX ROCKER ALCOOLIQUE EN BOURGOGNE (CHRONIQUE)

  1. Pingback: Le Canard du pianiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*