ENTREVUE AVEC MARC LAFERRIERE

eulry1.jpg  En écoutant l’album de ton jubilé (50 ans de carrière musicale en 2006)  je me régale autant que tu as du le faire en sélectionnant ces enregistrements qui retracent ton parcours.

  marclaferrireparboss1.bmp Bien entendu, je n’ai pas à me plaindre : 75 ans d’âge, et encore maintenant près de soixante concerts par an (plus d’un par semaine !), la vie est belle et bien remplie . Et puis il y aussi les rencontres : avec des publics différents et toujours nouveaux, avec des régions et des pays, des mentalités à découvrir, et le plus passionnant, les rencontres avec des musiciens que j’estime, que j’admire, parfois que j’aime et avec lesquels il y a l’entente, la communication, la discussion musicale sur l’estrade avec le public pour témoin est un réel bonheur ; je pense à toi Fabrice, à Daniel Huck…

  Le caveau de la Huchette où l’on danse tous les soirs depuis 1948.

… à Irakli, Stéphane Guérault, à mon fils Stan, à notre Jacky Milliet, à Aurèlie Tropez, étonnante clarinettiste, à l’ami Boss Quéraud, bien sûr, Alain Bouchet, et tant d’autres rencontrés occasionnellement et dont je ne sais même pas le nom… Oui, tout cela est positif…

eulry1.jpg Mais… je sens poindre une réserve…

 

 marclaferrireparboss1.bmp Tout n’est pas si rose, j’ai quelques sujets d’agacement…. Le principal réside dans le fait que le jazz classique, ( Nouvelle Orléans, Boogie, Ragtime, Dixieland, Swing, etc… ) est complètement déconsidéré par les critiques « officiels », par les responsables de festivals, par les cols blancs de la culture décideurs des subventions. Le sommet du mépris à été atteint il y a quelques temps par un célèbre festival de Jazz du sud-ouest qui tout en se targuant d’eclectisme, avait décidé d’un tarif inférieur de plus d’un tiers pour tous les accompagnateurs qui jouaient « vieux style », par rapport à ceux qui jouaient « moderne » ou de la musique dite de création ! Quelle connerie, quelle méconnaissance de la musique, comme si les musiciens de jazz classique, qui ont inventé ce fabuleux moyen d’expression qu’est l’improvisation collective, sur les harmonies d’un thème donné, n’étaient pas des créateurs !!! Mais qu’est-ce que cela veut dire ? Sinon que dans le domaine du jazz, l’incompétence de ces petits barons des salons parisiens est au pouvoir. C’est lamentable et cela démontre l’inculture des responsables, voire leur malveillance.

 Fabrice Eulry et Marc Laferrière au Petit-journal Saint-Michel en juillet 2012

(photo Carole Demolliens)

eulry1.jpg Ca commence fort, tu es plus en forme que jamais !

 

marclaferrireparboss1.bmpQui aurait l’idée en musique dite classique, de considérer comme ringards des musiciens jouant Vivaldi, Bach ou Chopin pour n’encenser que ceux qui ont choisi la musique contemporaine, Honegger, Dutilleux ou Boulez ?

 

eulry1.jpg Nous pouvons passer une annonce si tu veux, je suis sûr que nous aurons des réponses. A ceux qui ne te connaitraient pas encore, je peux garantir que ton propos ne cache aucun sectarisme .Tu écoutes tout volontiers, et tu aimes aussi bien les messengers que Grieg ou John Coltrane… Quant à ceux qui te connaissent, ils sont certainement heureux de constater que ton énergie est intacte.

 

marclaferrireparboss1.bmp  

 En tous cas, je n’ai pas constaté ces faits déplorables dans des pays tels que la Suisse, l’Allemagne ou même les Etats-unis… c’est navrant, terriblement réducteur et cela m’agace beaucoup ! Je ne cherche pas à dénigrer les autres formes, je pense simplement qu’il serait temps de ne pas faire remonter la naissance du jazz à Charly Parker ( que j’admire profondément, même si j’y ai mis le temps ! ), et de respecter dans les « hautes sphères », l’époque et les créateurs de cette musique comme Louis Armstrong, Jelly Roll Morton, J.P. Jonhson, Sidney Bechet, Fats Waller et tant d’autres !  En méprisant cette musique et ses musiciens, c’est le public que l’on méprise : moi, je m’en moque, j’ai trouvé le mien, mais quel courage il faut aux jeunes nombreux et talentueux qui jouent cette musique pour communiquer leur bonheur dans un tel climat !

 

eulry1.jpg Tu penses à eux comme tu l’as d’ailleurs toujours fait, comme récent ancien jeune, je peux en attester; par exemple, le disque que j’ai pu enregistrer   avec toi dans les années quatre-vingt dix a contribué à me légitimer. Mais pour en revenir aux jeunes musiciens qui essaient de faire partager cette musique en 2010, il faut dire que, jusque vers 1975, il y a eu un âge d’or, pendant lequel il semblait trompeusement que la fête serait éternelle.

 

Du coup, la génération de musiciens dont tu fais partie n’a pas assuré ses arrières ni ceux de la musique qu’elle défendait, elle n’a pas transmis aux jeunes, très égoïstement. Dans ce que tu déplores plus haut, les musiciens de ta génération ont donc leur part de responsabilité. Le fait que tu sois un des rares à qui l’ont ne peut pas faire ce reproche, fait rêver d’une situation qui eut été différente, si tous tes frères d’armes avaient eu ton attitude… mais voilà, maintenant que proposer aux jeunes qui veulent jouer cette musique en public ?

 

marclaferrireparboss1.bmp  Ce qui est sûr c’est qu’ils ne seront pas sauvés par les « Ecoles de Jazz », splendides mystifications, car le talent ne s’apprend pas, et le jazz encore moins : il se vit .

 

eulry1.jpg Vous l’avez compris c’est dans la simplicité de cette réponse que tient son épaisseur, elle n’est pas de l’ordre du concept . Il faut aller écouter jouer Marc Laferrière pour comprendre qu’il sait de quoi il parle, et pour rencontrer ce qu’il entend par : « il se vit. » !

MARC  LAFERRIERE VU PAR BOSS        marclaferrireparboss1.bmp                             www.marclaferriere.com    

 

Une réflexion sur “ENTREVUE AVEC MARC LAFERRIERE

  1. Ce commentaire de Marc Laferrière est partagé par tous les amateurs de vrai Jazz, celui qui nous donne des frissons, au même titre que la Musique en générale quand elle est bien exprimée en dehors de la mode ou du pseudo goût du jour. Ne laissons pas passer les occasions trop rares d’ écouter en live ces authentiques « défenseurs du temple » tels Marc Laferrière, dont l’extraordinaire prestation à la NOJA, en novembre 2009 à Villeurbanne, est encore dans toutes les mémoires!!!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*