QUAND UN CONCERT MUTE EN FIESTA

Il fallait respecter l’horaire car les handicapés lourds devaient aller au dodo à heure fixe ; on se posa aussi beaucoup de questions sur le son, pour que les 200 personnes entendent le piano en plein air, en ce 2 septembre au Centre d’accueil pour les personnes handicapées de l’ordre de Malte à Kfardebiane.

« Ne vous formalisez pas s’il y a des comportements qui paraissent incongrus » prévient-on le pianiste… Il avait donc beaucoup de pression et d’enjeu pour ce concert qui s’avérait difficile.

C’est oublier que si Fabrice Eulry affectionne et privilégie le récital où l’on écoute assis (après avoir coupé et rangé son portable) il a aussi appris son métier dans les bars bruyants, puis avec toutes sortes de publics dans toutes sortes de lieux (maisons de retraites, prisons, centre médicaux avec trisomiques, personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, de troubles mentaux) et que s’adapter au contexte est une belle manière de continuer à apprendre sans cesse, pour qui privilégie l’improvisation musicale.

Donc, après un crépuscule digne de cette terre sainte près du Mont Saint-Charbel qui fit distinguer la Méditerranée au loin surplombée d’une ligne d’or qui s’assombrissait,

Chabrouh 3

chacun s’assis en rang d’oignons, respectant la consigne d’écoute qui accompagnait la réputation faite au pianiste par les organisateurs. Seule une pensionnaire que son instinct guide, se balance au rythme du premier blues.


(cliquez sur chab1 pour visionner)

chab1

chab2

Chabrouh0

Mais dès le troisième morceau, un pensionnaire du centre pour qui la musique fait tomber les barrières de son handicap entraîne peu à peu tout le monde sur une piste de danse improvisée. Après un premier tour de piste en solo, qui incite Fabrice à prolonger Down by the Riverside avec une modulation de mib en do (signe qu’il va privilégier la masse sonore aux finesses, au fur et à mesure que la piste se remplit de danseurs, et que cette situation est souhaitée et anticipée) notre danseur invite tout d’abord un prêtre qui passait par là, à se joindre à sa danse, puis notre première pensionnaire :

(cliquez sur chab2 et Chab3 pour visionner)

chab2 Chab3

vidchabr1

le couple ayant entraîné une troisième personne, tout le monde s’y met,

les morceaux s’allongent, deviennent plus rythmiques et s’enchaînent sans plus aucune présentation ni bla-bla pour la simple fête, le simple plaisir.

Chabrouh 8

 Arrivée au Liban la nuit précédente pour prendre au Liban le relais des concerts de Fabrice Eulry, mais plutôt dans un répertoire de Bach à Chopin, la présidente de Résonnance Elizabeth Sombart, un instant interloquée – à la fin de la vidéo ci-contre :

Chab4

… prend la chose avec le sourire et « parce qu’on ne me croira jamais », transgressant elle aussi la consigne, nous offre quelques images volées de ces moments de folie et de joie, où les aides-soignants, les ecclésiastiques, les pensionnaires handicapés, et les jeunes bénévoles en stage, venus de Suisse et d’Allemagne, se retrouvent dans une sorte de communion que seule la musique sait dispenser. On twiste en tous sens et notre originel fauteur de trouble est porté en triomphe !

Chab5

Chabrouh danse

Enfin, la jeunesse libanaise, est toujours heureuse de se faire photographier après le concert avec le pianiste, pour le plus grand bonheur de ce dernier également !

chabrou 2

Merci à tous pour les images : ce n’était pas prévu mais tout le monde a eu la gentillesse de les communiquer à l’artiste pour Le Canard du pianiste. Partagez à votre tour !

RÉCITAL DANS UNE ÉCOLE


Dans la contrée à majorité chrétienne maronite, les montagnes du Liban révèlent des trésors de patrimoine spirituel. Saint-Charbel (dont la statue ci-dessous, tractée juste avant son érection sur le mont du même nom)

statue saint Charbel

y tient une place privilégiée au point que nombreux sont les garçons libanais baptisés de nos jours sous ce prénom charmant.

À côté de la maison du père du saint, une école-hôpital possède une superbe salle de spectacle que voilà : 

libec 3

Reçus par soeur Asnah, Chantal Menassa directrice de Résonnance Liban et Fabrice Eulry visitent l’école et les équipements de l’hôpital, et un nouveau récital est donné, précédé par l’hymne national libanais repris avec ferveur par une salle comble de 300 personnes, dont beaucoup d’élèves, qui envahiront la scène pour une séance de photos avec l’artiste.

l ibec 2

Libec1 .png

Soeur Asnah offre également un bouquet au président de l’ordre de Malte Liban, Marwan, qui a financé le concert. 

libec3

Commandez-le vite (tirage limité) cliquez sur l’image pour écouter un extrait.

christmas

CHANGEZ DE DROGUE AVANTAGEUSEMENT

Nous voici dans un camp habité par des jeunes anciennement aux prises avec la drogue :
En passant à l’accoutumance musicale à travers ce récital de Fabrice Eulry, les pensionnaires de ce camp au Liban replongent… Mais avantageusement !

Centre anciens droguésAu répertoire : de Bach à Hendrix !

En réalité, le travail est fait depuis un moment, le camp existe depuis 1989, et le directeur nous apprend que le vecteur de leur remontée des enfers c’est la prise en considération de chacun ; ce lieu dont on aperçoit les tentes bleues à l’extérieur, est le seul endroit où ces jeunes désespérés ont été considérés comme des personnes, après n’avoir été pris que pour des objets, de simples proies interchangeables qui devaient enrichir un trafic de drogue… libdrog 4Certes, ce camp, en zone à dominante Druze dans les montagnes, est d’initiative chrétienne, mais il est ouvert à tous et ne fait aucun prosélytisme : la majeure partie des jeunes n’en sont pas lorsque qu’ils viennent frapper à sa porte (il a maintenant une solide et belle réputation).

libdrog 3

Fabrice Eulry pose fièrement devant le slogan qui traduit la démarche de l’Ordre de Malte au Liban. Après le concert, les jeunes l’ont invité pour une danse rituelle, une sorte de ronde, au moment où il partait, comme pour adopter le pianiste.  L’un d’entre eux l’a accompagné jusqu’à la sortie pour lui dire qu’il avait vécu à Paris, et qu’il comptait y retourner un jour (la France est souvent la seconde patrie des Libanais !). Fabrice Eulry lui a donné rendez-vous au Petit-journal Saint-Michel, le dernier lundi du mois où il se produit depuis plus de vingt ans, comme le savent les lecteurs du Canard du pianiste.

—————————-

 Droguez-vous sainement vous aussi ! Voici l’album le plus soul de Fabrice Eulry

Avec Gary Wiggins Gerard Marmet à la batterie et Al Sanders à la basse

(cliquez sur la pochette pour le commander)

jook

BOOGIE À TRIPOLI


Tripoli du Liban, à ne pas confondre avec Tripoli capitale de la Libye (enfin, ce qu’il en reste) connaît un lieu magique qui rassemble autour de projets culturels, des jeunes qui il y a encore deux ans, parfois radicalisés, se combattaient.

trip2

Voici ce lieu à la lisière de deux quartiers qui se sont combattu depuis des décennies (impacts sur les murs) le différent récent opposant alaouites et sunnites sur fond d’affaire syrienne à quelques jets de pierre de là. 

trip11

À mesure qu’ils modèrent leur confiance dans leur média officiels, les Français commencent à comprendre que le chaos se greffe par d’autres facteurs : pauvreté, acculturation, mondialisation, enjeux énergétiques, car cette région du monde est une des plus tolérantes, contrairement à son image médiatique. Les confessions les plus variées y vivent en bonne intelligence depuis des siècles, surtout au Liban, pays le plus hospitalier qui soit, où la spiritualité va de soi (une nature pas une option) 

trip5

Mais revenons à ce lieu et laissons la parole à Léa sa fondatrice :

(Cette vidéo sera complétée rapidement par une version plus longue)

Après le concert, un petit quatre mains sur la fameuse cravate de Fabrice Eulry qui s’est fait piquer son costard par ses nouveaux fans !trip7

trip4

La jeunesse souriante et créative de Tripoli prépare d’autres projets avec Léa…

trip6

qui prend la pause ci-dessous près de Marwan Sehnaoui, président de l’ordre de Malte au Liban, une ONG qui préfère le concret (par exemple l’organisation de ce concert) au prosélytisme, ou à la propagande politiquement correcte et autres dépenses de communication. L’ordre de Malte libanais n’est pas le chouchou des média français, mais a très bonne presse sur le terrain tous « camps » confondus.trip8

FABRICE EULRY AU LIBAN

VIN LIBAN…Pour Résonnance Liban en concert à Beyrouth, du 28 août au 3 septembre.

Laissons la parole à Mme Menassa, la directrice de Résonnance Liban pour nous décrire le programme de cette tournée :

« Cher Fabrice,

 Vous allez voire la diversité de votre public : il y aura un concert pour des anciens drogués, un concert de paix pour des anciens militants adversaires. Un autre concert pour vieux et handicapés, un autre concert en plein air dans la montagne (altitude 1600 m) avec vue sublime (notre photo ci-dessus), et en dernier lieu, le concert de recueil de fonds le dimanche soir avec votre public habituel. « 

PAT TWIST : PARTITION BIENTÔT EN LIGNE


Cette excitante plage de l’album Twistin’ at Ray’s, Twistin' at Ray'sinterprétée en quintet piano-contrebasse-batterie-guitare-vibraphone est également écrite en partition pour piano solo. l’orchestration de cette composition de Fabrice Eulry, est un héritage du pianiste aveugle anglais George Shearing, compositeur de Lullaby of birdland. Elle consiste à jouer cinq voix au piano, celle du haut (la mélodie) étant doublée par la guitare électrique au son doux, non saturé. Celle du bas (la mélodie également mais une octave plus bas) étant doublée par le vibraphone.

Cette orchestration, utilisée par George Shearing dans des rythmes de swing ou de mambo, Fabrice Eulry l’a adaptée à un rythme de twist, proche du rock donc. Il fallait la dépouiller  pour ne pas nuire à l’efficacité du rythme binaire de cette musique. Pour cela il n’a harmonisé qu’à trois voix, avec beaucoup de quartes pour donner de la dureté. Doubler les voix supérieures et inférieures par la guitare et le vibraphone est un principe qui a été gardé, mais cela donne un climat tout à fait différent, car autant le son de George Shearing est voluptueux, sirupeux et ondulant, autant celui des Rolling twisters de Fabrice Eulry est râpeux :

« Ça gratte ! » dirait Adelaïde, pianiste qui parle souvent de sa musique en termes pertinents.

C’est en piano solo, que Fabrice Eulry joue le plus souvent Pat twist, et c’est cette partition qui sera bientôt téléchargeable sur fabriceeulry.com

En voici un extrait que publie en exclusivité pour vous le Canard du pianiste  :

pat

Et en attendant de pouvoir télécharger la partition complète, écoutez la version de Pat twist de l’album 

Twistin’ at Ray’s !

Twistin' at Ray's

(Cliquez sur la pochette de l’album pour commander le disque ou pour télécharger les titres)

MESSE

 Ce dimanche 12 août à 11 heures :

MESSE donnée dans l’église paroissiale d’Espalion, avec

eglise espalion

au piano, Fabrice Eulry : répertoire sacré : Bach, Gounod, et gospel.